77Page 81 Les mille et un fantomesrideaux des fenêtres. Pourquoi cela . Toujours dans le même but, afin que vous ne puissiez vous rendre aucun compte de la marche de la journée, Faites.Les persiennes furent assurées, les rideaux tirés . on alluma des bougies. Tenez un déjeuner et un dîner prêt, John, dit le docteur, nous ne voulons pas être servis à à heures fixées, mais seulement quand j'appellerai. Vous entendez, John . vanessa bruno pas cher dit le malade, Oui, monsieur. Puis, donneznous des cartes, des dés, des dominos, et laisseznous. Les objets demandés furent apportés par John, qui se retira. Le docteur commença de distraire le malade de son mieux, tantôt causant, tantôt jouant avec lui . puis, lorsqu'il eut faim, il sonna. John, qui savait dans quel but on avait sonné, apporta le déjeuner. Après le déjeuner, la partie commença, et fut interrompue par un nouveau coup de sonnette du docteur. cabasvanessabrunopascher John apporta le dîner. On mangea, on but, on prit le café, et l'on se remit à jouer. La journée paraît longue ainsi passée en tête à tête, Le docteur crut avoir mesuré le temps dans son esprit, et que l'heure fatale devait être passée, Eh bien ! ditil en se levant, victoire ! Comment ! victoire . demanda le malade, Sans doute . il doit être au moins huit ou neuf heures, et le squelette n'est pas venu. Regardez à votre montre, docteur, puisque c'est la seule qui aille dans la maison, et, si l'heure est passée . ma foi, comme vous, je crierai victoire, Le docteur regarda sa montre, mais ne dit rien. vanessa bruno soldes Vous vous étiez trompé, n'estce pas, docteur . dit le malade . il est six heures juste, Oui . eh bien . Eh bien ! voilà le squelette qui entre,VIII LE CHAT, L'HUISSIER ET LE SQUe,.. 78Page 82 Les mille et un fantomesEt le malade se rejeta en arrière avec un profond soupir.